blog

Les émotions : une addiction si forte

Comment naît, vit et meurt une émotion? Sans intérêt… Et pourtant. Elle est le lien, le ciment entre vos pensées et vos actions. Lors de mes consultations, les gens sont souvent surpris de voir à quel point les émotions transpirent. Crises de larmes, pleurs, fous rires, « feu » à la tête, colère… Mais pourquoi? Excellente question merci.

Parce que chaque cellule de votre corps (des ongles de pieds aux cheveux, en passant par tout les organes et moindre bout de peau) garde en mémoire chaque événement de votre vie. Votre ADN est le fruit d’une mémoire qui porte en elle des millions d’années d’évolution depuis la première cellule qui s’est divisée pour créer la vie. Ça donne le vertige? Plus surprenant, l’ADN de toutes les espèces vivantes et végétales de la Terre pourrait tenir dans une petite cuillère.

Cette bibliothèque qui garde en mémoire votre évolution depuis des temps immémoriaux se nourrit de vos émotions. Attention avertissement! Ne prenez pas pour exemple ce qui suit dans votre dissertation de SVT. Mes théories n’ont aucun fondement scientifiques, elles invitent à l’éprouver dans votre vie. Ainsi les émotions sont souvent divisées en deux catégories : les bonnes et les mauvaises.

Mais votre corps réagit avec le conditionnement qui lui est propre. On pourrait alors diviser plutôt entre ces deux choix : le plaisir et celles qui irritent. Et pourtant, gardez à l’esprit que les émotions nourrissent vos cellules et qu’elles contribuent à un conditionnement et à des boucles de rétroaction. Exemple : vous connaissez cette personne éternelle insatisfaite? Ne la blâmez pas, elle est accroc à ses frustrations.

Chaque événement qui créé l’émotion envoie depuis le cerveau jusqu’au reste du corps ce message : tu es frustré, alors la situation est frustrante, alors tu es frustré… Les gens heureux de nature ont le même schéma. Ce qui est rassurant c’est que si l’on accepte cette théorie, on est responsable de nos émotions, et de nos propres conditionnement et de cette réalité qui se répercute à l’extérieur de nous. Ce qui effraie, c’est que si l’on accepte cette théorie, on est responsable de nos émotions, et de nos propres conditionnement et de cette réalité qui se répercute à l’extérieur de nous.

Pour résumé, la gestion de nos émotions réside dans les choix qui induisent nos émotions. Vous savez qu’un repas de famille, que votre travail, qu’une relation avec un(e) conjoint(e) provoque de fortes émotions (plaisir ou frustration) alors pourquoi l’accepter? « Ah oui mais je vais devoir trouver un autre travail, être seul, ne pas venir à ce repas! ». Exactement, mais le conditionnement de mes émotions m’a appris que c’est souvent des solutions à appliquer, pas des problèmes.

Cela va permettre de contribuer à la mise en place d’un nouveau réseau neuronal qui va permettre de développer les émotions qui nous intéressent. Comme les douches froides, c’est pas évident au début, de choisir quelles émotions ont veut éprouver et de les provoquer. Et comment les éprouver. Bon courage. Et tâchez d’éprouver du plaisir en chemin.

Catégories :blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s