blog

Il y deux types de décisions : celles que l’on répète et celles que l’on répète.

A quel moment, le changement, aussi soudain soit-il devient-il le résultat d’une prise de décision? Vous êtes inscrit à la salle de sport, vous y allez deux fois par semaine, et vous avez enfin votre corps de rêve et vos performances athlétiques! Mais a quel moment peut-on s’approprier tous ces changements pour se dire « je suis »?

Pourquoi se poser la question? on essaie de déterminer ce moment où le changement est effectif et ce qu’il faut de décision pour opérer ce changement. Il est permanent mais il devient visible après un certain nombre de répétitions : on appelle ça une habitude. On les développe certainement plus facilement qu’on les prend. C’est parfois long de développer un nouveau système neuronal en vue d’atteindre un objectif.

C’est l’une des utilités du temps, elle permet d’ancrer des changements dans la durée. Vous imaginez, c’est comme si des gens attendaient début mars pour se sculpter un corps de rêve avec des tablettes chocolat apparentes pour mai, (haha), alors qu’on peut estimer à 2 mois des résultats à peine visible pour quelqu’un qui commence le sport.

Tout dépend du facteur émotionnel que vous avez associés en amont de votre désir ardent de changer quelque chose. Quelle émotion se mélange à votre ardent désir d’avoir un corps d’Appollon? Avoir une nouvelle copine, ou faire mille pompes n’est pas une émotion. Vous souhaitez être fier(e), montrer au monde de quoi vous êtes capable, développer votre confiance en vous?

C’est important, parce que quoi que vous en pensiez, avec un peu de recul vous observerez que cette émotion va aller en s’amplifiant et votre habitude, si elle n’est pas mûrement réfléchie et associée à une nouvelle émotion, va aller aussi en s’amplifiant. Et il arrive, qu’une émotion se cache derrière un désir ardent. Si votre désir d’avoir ce nouveau corps est issu d’une frustration que vous n’avez pas déterminé, elle risque fort d’être encore plus prégnante.

Pour une raison que j’ignore, les premières difficultés quand à ces décisions à répéter deviendront ces nouvelles frustrations qui deviendront plus fortes : une addiction émotionnelle est née. Alors qu’en identifiant une émotion à engendrer : le plaisir différé, le goût du défi (nous dirons que c’est une émotion pour mon exemple) permet de prendre et de répéter des décisions.

Si vous cherchez à faire du sport, l’envie de faire une répétition supplémentaire doit être ce « truc » à créer. Bizarrement, se frustrer comme l’on est frustré de ne pas boire un dernier verre à l’apéro est le même mécanisme qu’il faut développer si vous souhaitez faire du sport, apprendre d’un instrument, développer une capacité surnaturelle à être heureux…

Une fois que vous avez une émotion associée à une décision, la décision se répète et l’émotion s’engendre : Bravo! Vous avez créer une nouvelle habitude. Attention tout de même, sa fonctionne dans les deux sens mais pour une raison que j’ignore, il est plus facile de devenir alcoolique qu’un homme d’affaires avertit.

Le secret est pourtant le même, prendre et répéter une multitude de décision. Comme écrire un article sur un blog régulièrement par exemple…

Catégories :blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s