blog

Être et/ou Avoir

-Article précédent : La sphère d’influence est comme la gravité, elle agit en silence

Richard Watts est un avocat qui aide dans leur gestion des personnes dont la fortune s’élève à au moins 90 millions de dollars, les ultra riches, tout en haut du panier…

Dans son livre « Fables of fortunes » (en anglais seulement), il raconte comment un homme veut demander sa fiancée en mariage, le 31 décembre 1999, à la Tour Eiffel. Les réservations affichaient complet 5 ans en avance mais notre amoureux transit avait un plan. Il décide d’aller visiter le monument avec sa bien-aimée peu avant la fermeture avec une ceinture contenant 15 000$ en espèces. Autant vous dire que c’était une coquette somme, bien plus que pour aujourd’hui. Il soudoie le type devant les escaliers peu avant la fermeture, puis le type à l’étage, puis le type à l’entrée du restaurant, etc… Quand il demande à l’établissement s’il est possible de manger avec sa fiancée, le maître d’hôtel ne peut s’empêcher de rire franchement.

Notre fortuné larron dit un truc du genre « écoutez : on mange peu, je veux demander cette femme en mariage ce soir et j’ai 10 000 $ en liquide à vous offrir si vous pouvez installer une table et deux chaises, n’importe où dans le restaurant pour elle et moi ». Il a donc été installé, a demandé sa fiancée en mariage qui a accepté, et avec ce qui lui restait d’argent à l’aube, il a offert le petit déjeuner pour tout le restaurant et a distribué des cartes de visites pour faire des contacts pour ses affaires. C’était fantastique et il adore raconter cette histoire.

Richard Watts conclue cette anecdote par cette phrase « le problème des gens riches, c’est qu’ils racontent souvent ce qu’ils ont fait, où et comment, mais jamais avec qui ».

Le nœud du problème se situe là, si vous suivez ce cycle sur la Loi de l’attraction depuis le début : Être et/ou Avoir?

Nous sommes tous d’accord pour dire qu’il vaut mieux être quelqu’un de bien, plutôt que de posséder pleins d’objets. Il vaut mieux autour de soi un mec sympa modeste, plutôt qu’un riche con… Mais si c’était si simple, nous aurions que des gens sympas autour de nous. Surtout que Être plutôt qu’Avoir créé un effet paradoxal :

Si vous êtes riche, pas besoin d’attirer l’abondance. Mais si vous êtes frustrés, avec des dettes, comment provoquer l’abondance? Parce qu’en pensant « j’attire l’abondance », vous ne faîtes que rayonner une frustration grandissante. Je connais aucun millionnaire qui pense « j’attire l’abondance » pour faire un billet supplémentaire. Il faut bien entendu je pense beaucoup d’optimisme pour activer le robinet de l’Univers, mais ce qui enrichit, ce sont les compétences que vous transformez en monnaie sonnante et trébuchante. Si vous pensez vos compétences limitées, vous échangez certainement votre temps (35 heures) pour un salaire moyen (au sens où la moyenne des gens ont le même).

La relation à ce que vous avez doit maintenant être murement étudié. Parce que la frontière entre être et avoir est beaucoup plus fine que ce qu’on imagine. Normalement, (à supposer qu’une situation normale existe), depuis janvier vous avez commencé à définir un objectif, vous vous êtes entouré de gens pour vous aider à accomplir cet objectif, vous avez définit une émotion associée à vos objectifs que vous éprouvez régulièrement, vous comprenez qu’il faut associer cette émotions à une valeur morale qui vous correspond et vous n’engendrez de décisions que dans votre sphère d’influence… Ouf!

Maintenant, ce que vous avez vous aide à vous définir, et ce que vous êtes vous permets d’avoir ce que vous voulez. Pouvez faire l’un sans l’autre? Que vous faut-il pour être heureux? Quelle possession permettra de vous définir? Et pourquoi ce n’est pas encore là même si vous y pensez très fort? Parce que j’imagine que ce qu’on appelle « réalité » est un petit cocktail de ce que vous êtes ET de ce que vous avez. Vous pouvez avoir une grosse bagnole rouge, et/ou une super amitié depuis 30 ans. Vous pouvez être musclé, sportif et blessé au point de devoir redéfinir ce que vous êtes…

Être, c’est facile : il suffit de faire. Vous voulez être musclé, faîtes du sport. Vous voulez être riche, faîtes de la richesse. Vous voyez où je veux en venir? Si c’était si simple, une fois encore, tout le monde le ferait. Et si en amont, vous n’avez pas réfléchis au sens du bonheur, je vous assure que gagner au loto ou être en parfaite santé n’est pas plus utile que de pouvoir lécher son coude (c’est impossible physiologiquement, vous pouvez essayer).

Ce mois-ci prenez le temps de savoir que vous voulez être ET avoir.

Être, c’est ce truc qui vous reste si je vous mets en slip au milieu de la forêt. En regardant les étoiles, face à l’espace infini, qui êtes-vous? Vous n’êtes pas le résultat informe d’une ligne de temps entre le passé et le futur qui vous définit. Vous êtes le produit complexe de beaucoup de pensées et de décisions.

Avoir, c’est ce dont vous estimez avoir besoin quand vous êtes en slip dans la forêt. Avec l’accès aux connaissances de l’humanité dans la poche, vous devriez déjà tout avoir, encore plus si vous avez des êtres aimants et bienveillants dans votre entourage. Une grosse bagnole ou un yacht, ça peut aider, mais j’ai vu des types qui avaient parfois même un jet privé, et qui prenaient trop de drogue pour afficher un bonheur palpable…

Une fois que vous comprenez ce qu’il vous manque et que vous ne pouvez pas acheter (la santé, l’amour, l’argent par exemple. Si vous en avez acheté, méfiez-vous), il suffit d’associer vos décisions, vos émotions, votre entourage, vos pensées, votre vertu à ces deux buts : Être et Avoir. A partir de ce moment, il se passe quelque chose : la réalité se transforme. On pourrait théoriser pleins de choses à ce sujet mais c’est l’objet de l’article du mois de Juillet. Je pense que vous avez suffisamment à faire pour mettre de l’ordre dans votre être et vos avoirs.

Le but n’est pas de choisir, mais de trouver un équilibre convenable entre Être et Avoir. Normalement, vous serez plus heureux, et vous verrez un truc qu’on appelle chance ou hasard se produire.

Portez-vous bien,

Boris.


-Article suivant : Vous reprendrez bien un peu de bullshit quantique?


Si mon travail vous plaît et que vous souhaitez y contribuer je vous suggère un livre que j’ai écrit. C’est un objet de divertissement plus qu’un guide, et ça m’aide également à me faire vivre ainsi que ce site. J’espère qu’il saura vous divertir et vous fournir une source d’inspiration supplémentaire : Votre Santé, Votre Pognon.


Tous droits réservés – Boris Matter- 2020-2021

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s