Étiquette : joie

Ne donnez votre opinion que si on vous la demande

-Article précédent : vous reprendrez bien un peu de bullshit quantique ?

Dans nos théories, aussi farfelues soient-elles, l’Univers, et la Loi de l’attraction agissent en silence pour une raison évidente : l’énergie issue de nos pensées doit rester concentrée. C’est-à-dire? Nous considérons que la pensée est une énergie infime même si elle n’a pas de masse et qu’elle sert également de combustible à nos actions. Mais quand vous parlez d’un projet fou à quelqu’un que ça n’intéresse pas, par ego, par plaisir ou même parce que le sujet vous passionne, vous diluez une partie de l’énergie consacrée par l’Univers à vos projets.

Imaginez votre désir le plus fou (en général ça situe entre trouver l’âme sœur et toucher le jackpot) et vous décidez de mener un nouveau projet professionnel par exemple. Vous utilisez tout ce que vous lisez sur ce blog depuis janvier à savoir : définir une intention, vous entourer, associer une émotion à votre intention, délimiter votre sphère d’influence et votre champ d’action, ajouter une valeur morale à vos actions, incarner votre désir fou, observer la réalité se transformer. Dans tout ça il n’est jamais nécessaire de faire une sorte de prosélytisme des ces théories ni de vanter les actions de l’Univers.

Il y a une vieille superstition qui suggère de ne pas parler d’un projet tant que vous n’avez pas commencé concrètement. C’est surtout pratique si vous débutez une affaire par exemple qui demande à rester discrète, ou pour éviter de passer pour un idiot si le projet n’est pas mené à son terme. A mon humble avis, c’est surtout pour que l’Univers travaille sereinement. Il est plus facile d’accorder cette partition magique qu’on appelle « la vie » si vous le faîtes depuis une unique pensée plutôt que si vous cherchez une forme d’approbation ou de soutien de la part d’inconnus et qui vont ajouter des notes qui ne vous appartiennent pas.

Evidemment, votre groupe de 5 personnes est utile pour votre projet. Mais ce désir fou, imaginez qu’il soit comme une source qui abreuve un unique verre d’eau. Si vous commencez à parler autrement que dans un but utile (trouver des prospects ou organiser votre sortie pour un repas entre amoureux par exemple) vous perdez une énergie précieuse et cette source infinie va se retrouver à remplir beaucoup de verres d’eau qui ne vous sont pas destinés.

D’un coup on saisit l’importance de la matière et de l’aspect concret de ce que l’on désire. Demandez le bonheur dans un restaurant, et vous donnerez les plus grandes difficultés à votre serveur. Demandez-lui un plat et une boisson et vous serez servi rapidement. Pas besoin de vanter les mérites du plat : vous commandez, c’est tout. C’est évidemment idiot de penser vous asseoir en tailleur, de demander l’âme sœur et d’attendre. Les métaphores de cet article nous rappellent l’importance d’éprouver en silence. On fait la supposition que si vous êtes amené à éprouver une émotion, elle se suffit a à elle-même. Publier sur un réseau social par exemple se résume plus facilement à un besoin de reconnaissance à travers une « preuve sociale » ou ce qu’on appelle un signalement de vertu.

Une fois de plus, prenez exemple sur la nature comme l’électron d’un atome qui tourne autour du noyau, ou d’un arbre qui pousse : aucun ne l’exprime autrement qu’en étant ce qu’il est. Si vous aspirez à être amoureux, riche, en parfaite santé, c’est bien tout ce que ça va engendrer qui doit parler pour vous. L’Univers ne nous met pas des panneaux lumineux dans le ciel pour nous montrer un chemin. Pourquoi devrions-nous en mettre pour témoigner notre parcours? Il y a ce qu’on appelle des synchronicités : le cas classique étant « vous pensez à quelqu’un que vous n’avez pas vu depuis longtemps qui est susceptible de vous aider et vous le croisez dans la rue ».

Souvenez-vous qu’à l’origine de tout ça, il y a une pensée qui émet un désir et que vos bras, vos jambes vont vous mener à ce souhait. Ma théorie faîtes maison est que la Loi de de l’attraction s’applique d’autant plus efficacement que vous marchez en silence. Tout ce qui n’est pas dirigé vers votre objectif, et un coup d’épée dans l’eau. Si vous prévoyez de trouver l’âme sœur, pas besoin de vous prétendre amoureux et d’envoyer des photos sur Facebook. J’imagine qu’après des années de vie commune, pourvu que ce soit une relation heureuse et pas une relation de confort, l’Univers vous aura donné ce que vous voulez, et ça se verra, tout simplement.

On en revient donc à l’exemple à incarner. « Mais Boris, si je suis tellement heureux d’avoir accompli ce que j’ai accompli, pourquoi ne pas partager ma joie avec le monde entier? ». Parce que quand il pleut, que vous avez un parapluie et que vous sifflotez, ça peut agacer le type à côté de vous s’il est en short/claquette et sans parapluie. L’Univers vous a donné tout ce que vous voulez en silence. Je suis sûr qu’il saura reconnaître votre gratitude avec ce même silence.

Bref, il n’y a que vos actes qui soient utiles à votre bonheur et espérer être en bonne santé sans prendre soin de sa santé, ou prospérer sans générer sa propre prospérité vous rend dépendant de la chance. Et même si vous en avez, autant la garder en silence… des fois que…

Portez-vous bien,

Boris.


-Article suivant : Prenez l’habitude d’avoir de la chance


Si mon travail vous plaît et que vous souhaitez y contribuer je vous suggère un livre que j’ai écrit. C’est un objet de divertissement plus qu’un guide, et ça m’aide également à me faire vivre ainsi que ce site. J’espère qu’il saura vous divertir et vous fournir une source d’inspiration supplémentaire : Votre Santé, Votre Pognon.


Tous droits réservés – Boris Matter- 2020-2021

Comment générer et dépenser son énergie (ou son argent, ou sa santé)?

Comment se fait-il, alors que nous avons tous 24 heures dans une journée, certains soient en parfaite santé, génèrent en quelques heures l’équivalent d’un mois de salaire, et que d’autres sont heureux pendant que d’autres sont tristes? C’est un peu comme se demander, pourquoi le ciel est bleu? Ce n’est pas très utile et ça n’intéresse souvent qu’un enfant de 4 ans, ou un adulte, spécialisé dans un domaine scientifique qui se pose plein de questions (pourquoi je le vois bleu et pas mauve par exemple?).

Alors notre véritable intérêt c’est comprendre comment se servir du temps dont nous disposons plutôt que de le gaspiller bêtement. Jouer aux jeux vidéos, regarder la TV, regarder l’herbe pousser sont des activités que j’estime très utiles. Se mettre en colère (quand quelqu’un cherche sa petite monnaie à la caisse du supermarché par exemple), écrire sur ses réseaux sociaux « je préfère être gentil que méchant parce que le karma c’est plus fort que tout », ou encore se plaindre d’avoir mal au pieds quand on est serveur sont des pertes de temps et d’énergie.

Et vous voyez, la santé et l’argent dont je parle si souvent ne peuvent se passer ni de votre temps, ni de votre énergie. Ce sont des choses qu’on peut difficilement tenir dans la main mais qui par un étrange effet domino deviennent vite palpable. D’autant plus qu’il n’y pas de dépense neutre. Vous pouvez offrir bien sûr de votre temps et de votre énergie et je ne vous invite pas à compter votre dépense temps/énergie comme un bodybuilder calcule ses calories à chaque repas.

Mon point de vue insiste sur l’aspect continue et équilibriste de ces 2 éléments. De la même façon qu’il est serait bien fastidieux de marcher en laissant ses pieds frôler le sol plutôt que faire confiance à cette passe d’équilibre d’un pas à l’autre lorsque le pied se soulève, il y a toujours un mouvement qui s’équilibre pour vous rendre la juste mesure de votre temps/énergie consacrée.

Comment la diriger? Devinez quoi -> on en revient encore à cette fameuse notion d’intention. Imaginez que vous souhaitez être en meilleure forme, il n’y pas de solution miracle et si on vous en présente une trop belle pour être vraie, c’est souvent parce que c’est le cas. Si vous dirigez votre intention à vous plaindre, comment voulez-vous que cette énergie dépensée à dire « ça ne va pas » engendre une solution? Comment l’énergie dépensée à dire « je n’ai confiance en personne » peut mettre sur votre chemin quelqu’un digne de confiance? Comment la colère peut engendrer une meilleure situation?

Avec le recul, demandez-vous qu’elle dépense de temps et d’énergie alimentée par une intention basée sur une émotion forte (colère, jalousie, rancœur etc…) a pu engendrer quelque chose de meilleur pour vous? A l’inverse, vous remarquerez souvent qu’une dépense faîtes avec les meilleures intentions, sont souvent favorables. Je n’évoque pas ici les actions engendrées en espérant un renvoi d’ascenseur. Si vous espérez ça, parfois, c’est un sentiment de reconnaissance que vous attendez, et une frustration de pas être reconnu à votre « juste » valeur. Devinez ce que vous renvoie l’Univers à ce moment? Plus de frustration évidemment.

Si vous connaissez votre valeur, vous n’avez besoin de rien pour vous le prouver, ni même de l’évoquer. D’autant que cette valeur dépend grandement de votre temps/énergie dépensée. Avec du bon sens, et sauf accident, en dépensant votre temps avec des gens que vous aimez, à faire quelque chose que vous aimez pour générer de l’argent, et de la santé (c’est important), vous devriez parfaitement comprendre ces lignes.

Si vous avez un boulot que vous détestez, une famille que vous détestez, avec des amis que vous détestez, vous n’avez peut-être pas dépensé votre temps/énergie convenablement. Et pourtant, si certains y arrivent, en étant heureux, ou malade, ou pauvre, vous pouvez certainement y arriver aussi. C’est toujours ce fameux bon sens. On se développe plus soi et ses belles émotions en s’y consacrant. Vous pouvez lire, regarder des vidéos, écoutez des podcasts pour ça. Alors…

Comment se fait-il, alors que nous avons tous 24 heures dans une journée, certains soient en parfaite santé, génèrent en quelques heures l’équivalent d’un mois de salaire, que d’autres sont heureux pendant que d’autres sont tristes?

Boris


Tous droits réservés – Boris Matter- 2021

Des bonnes nouvelles pour vous aider

Deux sujets qui reviennent souvent sur ce blog : la santé et l’argent. J’en ai même fais un livre… Mais ce qui me fascine le plus, ce n’est pas une faculté hors du commun à courir longtemps par exemple, ou de voir des zéros qui s’alignent sur un compte en banque (si vous vous demandez, j’en vois 2 après la virgule, comme tout le monde j’imagine). Ce que j’aime c’est les émotions que ça procure.

Pour ressentir des choses folles, vous pouvez miser votre paye à la roulette, ou prendre des substances parfois légales qui vont complètement désinhibés vos émotions. C’est la partie facile des modes de vies possibles. C’est celle que l’on recherche parfois quand on espère gagner le jackpot. « Et si ma vie changeait du jour au lendemain, je ferais quoi? ». Dans mes théories, elle peut toujours changer du jour au lendemain et on est tous confronté au moins une fois dans notre vie à un changement brutal. La crise du Covid nous l’a rappelé… MAIS, et c’est un « mais » majuscule, c’est tout de même plus facile maintenant.

La seule chose qui ne change pas malgré les événements, c’est le cerveau humain et sa capacité à générer des émotions qui vont transformer la réalité. Quand on utilise un lieu commun comme « le covid a fait du mal à tout le monde », ça signifie surtout que ça a fait du mal à celui qui vous en parle. Je ne parle pas des actualités en général car c’est souvent trop ciblé (loi de proximité et loi du mort au kilomètre que je vous invite à étudier, même de loin). Mais il est évident que cette période si particulière fera l’objet d’un petit chapitre dans les manuels d’histoire d’ici quelques années.

Alors, pour générer des émotions, les événements sont parfois frappants, parfois mielleux, parfois incolores et inodores. Pour résumer, quoique vous pensiez, c’est la vie qui tabasse le plus fort même si c’est souvent le fait d’actions humaines. Pour vivre les aventures que la vie nous réserve, il y a pleins de possibilités, mais il semble que le progrès augmente sans cesse le nombre de possibilités. Prenons simplement le milieu du divertissement en général. Les possibilités de s’amuser sont juste incroyables.

Si vous avez une trentaine d’années (comme moi), que vous avez grandi avec l’explosion des jeux vidéos (comme moi), et que vous aviez un jeux par semestre que vous usiez jusqu’à la moelle (comme moi), alors vous devez trouver l’époque formidable. Il y a une multitude de jeux gratuits aujourd’hui d’une qualité exceptionnelle qui permettent un divertissement auquel vous n’aviez pas accès sans débourser beaucoup d’argent. Ironie de l’histoire, je manque de temps pour jouer maintenant et j’achète de loin plus de jeux que je ne pourrai en finir en une vie. Pareil avec les bouquins…

Si vous étiez féru de cinéma, vous aviez peut-être un abonnement à vidéo futur (haha) et vous payiez 4 euros la location d’un DVD ou d’une VHS. Bon, j’avoue le paquet de clopes est passé de 3 euros en 2002 à 10 euros aujourd’hui. C’était pas mieux avant, c’était juste différent. Le plus fou pour moi, c’est toujours de penser que vous avez accès au savoir de l’humanité depuis votre smartphone. Si vous me lisez à cet instant précis, vous avez accès à internet. Vous pouvez tout apprendre, depuis comment faire pousser des fraises, à comment devenir super musclé en passant par comment améliorer sa sexualité, etc…

Vous pouvez même apprendre le magnétisme. La seule chose qui ne change pas, c’est notre faculté à éprouver des émotions! Et elle dépend souvent de notre grille de lecture de la perception que nous avons de la réalité. Vous entendrez que la dernière crise était le sacrifice d’une génération ou une terre d’opportunités. Imaginez ce qu’aurait pensé un paysan moyen en 1920, après 1 400 000 mort en France pendant la 1ère Guerre Mondiale (pour une population d’environ 40 millions de personnes) quand on lui parlait de crise. Surtout qu’il en connaîtra d’autres des crises ce paysan s’il vit jusqu’en 1960 par exemple. Imaginez qu’en plus, il puisse avoir accès aux bibliothèques du monde entier, dans toutes les langues.

« Oui mais Boris, on peut pas comparer ce qui est pas comparable ». Effectivement, car le progrès modifie notre grille de lecture. Et le progrès n’est pas linéaire. Il modifie juste notre perception de la réalité, du monde. La seule chose qui ne change pas, ce sont nos émotions : La peur, l’amour, la faim, la joie n’ont pas bougé depuis quelques centaines de milliers d’années. Alors pourquoi certains s’estiment pas heureux? Le mécanisme est certainement le même qu’il y a des milliers d’années : Ils pensent qu’ils ne trouveront pas de solution pour résoudre un problème.

S’il faut plus d’argent, il existe des moyens d’en générer plus. S’il faut plus de santé, il existe des moyens d’en générer plus. La tragédie intervient quand malgré l’argent et la santé nécessaire, vous ne trouvez pas de solution qui vous convient. Mais vous savez qu’il existe une bibliothèque d’Alexandrie qui tient certainement dans votre poche et qui détient au moins un début de solution quelque soit votre problème.

Une dernière chose qui n’a pas changé : le libre-arbitre. Bien que certains se soient essayer à trouver un moyen de le manipuler, je vous assure que depuis cette histoire de pomme, avec les deux premiers humaines et le serpent, personne a trouvé un moyen efficace de manipuler durablement le libre-arbitre. Rien ni personne ne peut prévoir votre réaction émotionnelle et ses conséquences face à un événement. Ou alors peut-être à de rares exceptions. Mais les exceptions sont rares et si vous avez un cerveau, deux bras, deux jambes ET une connexion internet, gardez espoir, vous finirez bien par trouver une solution, à force de chercher.

Portez-vous bien,

Boris

Eduquez-vous. L’école ne le fera pas…

Formidable époque que nous vivons où chacun a accès au savoir de l’humanité dans sa poche. C’est une réflexion que je fais souvent mais qui traduit une autre problématique qui est fascinante : a quoi sert l’école? Vous imaginez que par mon activité, je vois bon nombre de parents qui se soucient que leurs enfants reçoivent une bonne éducation, pour avoir un bon travail, de l’argent pour vivre confortablement et par extension, une belle vie. Si c’était si simple…

Tous les premiers de la classe seraient heureux. Ils seraient aussi toujours les plus riches arrivés à l’âge adulte et par extension, ils seraient les plus heureux parce qu’ils auraient un bon travail. Je ne ferai pas un nouveau discours sur le besoin matériel et la faculté à construire son bonheur peu importe ses revenus. Gérer son argent fait partie des nécessités terrestres comme gérer sa santé. Je vous invite à lire mon chef-d’œuvre « Votre Santé, Votre Pognon » pour plus d’inspiration sur ces deux éléments indispensable à la vie : l’argent et la santé.

Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est l’utilité de l’école. Dans ses aspects positifs, elle permets à chacun d’apprendre à lire et à écrire, à compter et à développer un certain sens critique. Dans ses aspects négatifs elle conditionne dès le plus jeune à une forme de compétition et de réussite. On tente ici et là de supprimer les notes et de les remplacer par des commentaires pour ne pas juger un enfant mais ça n’enlève pas le jugement des autres êtres humains à l’école, au collège et au lycée.

Internet est arrivé il y a 25 ans environ et il a foutu un beau bordel. Les moins jeunes se souviennent certainement d’un dictionnaire ou d’une encyclopédie qu’on devait ouvrir et recopier pour son devoir sur l’histoire de France, mais aujourd’hui, vous tapez « Histoire de France » et vous avez autant de sources que d’Histoire. « Ah de mon temps, on devait chercher, on était des vrais… » Franchement, vous n’êtes pas content d’avoir à taper une recherche sur n’importe quel moteur de recherche et de trouver pas « une » mais des milliers de réponses valables?

Chercher une réponse dans un dictionnaire ne rends pas plus intelligent sous prétexte qu’un autre la trouve dans Wikipédia. Alors à quoi sert l’école? Avec un air un peu insolent je l’admets, dès que j’entends qu’il faut bien travailler à l’école pour avoir de bonnes notes, j’aime à répéter que l’école n’apprends pas à être heureux et qu’il faut placer son bonheur avant n’importe quelle cursus scolaire.

Le paradoxe est que des études ne garantissent pas un travail mais permets d’augmenter ses chances. A recherche équivalente, un diplômé aura plus de chance qu’un non-diplômé. C’est comme ça (d’après mon jugement le plus stricte bien sûr, rien d’objectif)… Mais vous pouvez regarder le nombre de diplômés au chômage ou très mal payé pour comprendre que la garantie du « bon travail » est dépassé. J’entends parfois dans mon cabinet que l’époque « est plus dure qu’avant ».

Pourtant maintenant pour changer un panneau électrique ou un robinet, vous pouvez trouver sur YouTube un tutoriel qui l’expliquera en quelques minutes. Vous avez une quantité de MOOC (Massive Online Open Courses – des cours en ligne gratuit) qui permettent de se former à tous les domaines universitaires que ce soit pour des choses « traditionnelles » comme les mathématiques ou la littérature classique ou plus pointu comme l’intelligence artificielle ou la programmation informatique. Vous pouvez même apprendre le magnétisme!

Le savoir est quelque chose qui s’est monnayé depuis toujours et je souhaite préciser que j’ai moi-même été dans des privées parisiens prestigieux. Mais si avant il fallait être blindé pour avoir accès à des connaissances, aujourd’hui vous pouvez tout savoir sur tout depuis votre téléphone. Il sert aussi pour regarder des vidéos de chiens qui pètent, du porno ou pour commander un taxi parfois sous-payé : ça reste un outil complètement dépendant de votre utilisation. Vous devenez complètement libre d’apprendre ce qui vous plaît, gratuitement, depuis n’importe où dans le monde!

« C’est cool Boris, mais ça paie pas le loyer ». Effectivement, mais l’université non plus. Une fois vos connaissances acquises, vous avez deux solutions : trouver un emploi comme salarié, ou devenir votre propre patron (freelance ou cher d’entreprise) et monnayer votre savoir. La 2e option est de loin la plus difficile mais une fois de plus, vous pouvez apprendre comment monter un projet, le vendre, faire la comptabilité, etc… L’évolution de l’accès aux connaissances va nous rendre de plus en plus responsable de notre parcours de vie.

Au XIXe siècle, l’éducation était réservé à une élite et « l’ascenseur social » était pas vraiment au point. Il est loin d’être parfait aujourd’hui mais depuis votre téléphone, votre passion ou une idée peut devenir une source de bonheur pourvu qu’elle préserve votre santé, et soit rentable. L’école vous apprends à arrêter le travail quand la sonnerie retentit, à avoir des bonnes notes pour être jugé favorablement, à travailler 5 jours par semaine et à penser un peu à l’école quand vous êtes chez vous.

On peut imaginer une école où on travaille 3 jours par semaine, où on apprends à lire et à écrire, à compter, à gérer son argent, à éviter la positivité toxique, à aimer ce qu’on fait avant de choisir de le faire. Après je trouve fantastique d’apprendre l’Histoire, les sciences naturelles, la littérature. Mais les notes ne servent à rien d’autre qu’à vous juger. L’école devient alors utile pour son aspect social, pour apprendre à vivre en communauté, respecter des règles, etc… Je ne lance pas de débat sur le système éducatif, et je n’attends aucune opinion dans les commentaires.

Je souhaite partager mon point de vue : l’école vous sociabilise, mais avec les connaissances auxquelles on a accès, vous êtes entièrement responsable de votre avenir matériel. Prenez une révolte populaire récente, qui réclame une plus juste répartition des richesses. Vous pensez vraiment qu’à un moment, une grosse tête va voir tout le monde taper sur des casseroles se dire « Ok les gars, on arrête de se gaver sur le dos des travailleurs, et on va prendre une part aux actionnaires pour la donner aux salariés » ?

Imaginez un monde parfait maintenant où ce groupe des 80% comprends que la violence est inutile et décide de créer un fonds de solidarité pour devenir actionnaires de la boîte et forcer les décisions aux conseils d’administration. C’est une idée comme une autre et je ne prône rien. Si je voulais faire la révolution, je serai pas magnétiseur en province.

Tout ça pour dire que le savoir est trop facilement à la portée de chacun pour rendre la violence efficace.

L’affaire GameStop récente est un autre exemple concret de la force du nombre qui joue avec les règles.

Continuez d’aller à l’école, apprenez à vivre en société, mais les notes ne rendent pas heureux. Et une fois sorti du cursus scolaire, vous avez le savoir de l’humanité dans la poche. Libre à vous maintenant d’en faire ce que vous voulez… Ou de vous lancer une petite partie de poker.

Bien à vous,

Boris

On ne subit pas une émotion, on la génère

-article précédent : Ne soyez pas le plus malin

Si vous souhaitez attirer à vous plein d’argent, l’amour, le succès ou que-sais-je encore, vous pourrez difficilement y arriver seul(e). Si vous suivez ce cycle sur la Loi de l’attraction, vous avez déjà défini un objectif clair (être heureux n’est pas un objectif clair), et vous avez commencé à modifier votre entourage. Si vous n’avez franchi aucune de ces étapes, le reste à suivre est superflu, puisqu’il va s’appuyer sur vos vieilles habitudes que vous n’avez pas changé.

Soit vous attirez déjà à vous tous ce que vous souhaitez et je vous remercie de vous divertir en lisant mes lignes. Soit vous souhaitez changer les choses et dans ce cas, vous allez générer la même chose avec le même objectif, et le même entourage. Autrement dit, n’espérez aucun changement… Mais si vous avez déjà commencer à dessiner vos rêves, au moins en pensées et que vous vous êtes rapprochés de gens pour vous aider, nous allons poursuivre cette folle aventure.

Pourquoi folle? Parce que vous allez opérer des changements palpables qui étaient insoupçonnables auparavant (sinon vous l’auriez déjà fait), et après avoir défini un « possible », et vous être entouré correctement, vous apercevez comme une lueur. C’est le rêve qui se transforme en une matière palpable, ou le futur imaginé qui devient une sorte de présent en devenir. A ce sujet, je vous suggère le livre l’équation du miracle de Hal Elrod qu’on m’a suggéré il y a longtemps et que je n’ai lu qu’il y a un mois. Soyez plus malin que moi et lisez-le au plus vite. Il y définit très bien le principe qu’il décrit comme « transformer le possible en certitude ».

On imagine qu’il y a toute sortes de facteurs ésotériques derrière ces Lois de l’Univers, mais je répète que c’est presque un bon sens contre-intuitif tout simplement. On est tous soumis à la gravité sans se poser de question. Mais je m’égare. Alors bon, vous avez l’objectif, l’entourage, il vous faut maintenant une émotion à associer à tous ça que vous allez générer. On entend parfois que l’émotion nous possède presque (j’ai mes émotions…), mais si c’est le cas chez un enfant de 3 ans avec un système nerveux en pleine formation, c’est différent chez un adulte.

Comprenez que vous avez toujours le choix de l’émotion que vous souhaitez éprouver à un instant T.

Même si vous êtes en retard parce qu’un type roule à 50 km/h, que vous attendez longtemps (c’est relatif) au supermarché parce que la personne devant trouve pas son chéquier, ou que vous vous trouvez sous la pluie en t-shirt, votre émotion ne change pas l’événement mais vous permets de mieux le traverser. La peur est très équivoque à ce sujet. Quand une situation vous effraie, la situation ne change pas, ce n’est que votre perception. Si vous avez peur de parler devant 5 personnes, ce n’est pas le cas d’un autre qui le fera sans problèmes mais qui aura peur des chiens par exemple. Votre émotion va juste s’amplifier. Chanter sous la pluie, rend plus heureux, tout simplement.

Dans certains cas, il semble normal d’éprouver une certaine émotion, lors des coups durs ou favorables de la vie. Un décès ou une belle rencontre, provoquent souvent le même type d’émotion. Ce qui nous intéresse, c’est les émotions du quotidien. Reprenons l’exemple des 5 personnes que l’on côtoie le plus et qui représente une sorte d’amalgame de nous-même, demandez-vous quelles émotions vous éprouvez quand vous les voyez. Imaginons que votre belle-sœur que vous voyez chaque semaine vous provoque des angoisses à la simple idée de la voir ou que ce collègue avec qui vous buvez des coups trois fois par semaine, vous donne à chaque fois un goût d’amertume parce qu’il ne vous parle que de ce qui ne va pas autour de lui (patron, impôts, misère, crise sanitaire, etc…).

A quel moment pensez-vous construire un avenir qui correspond à vos objectifs si vous êtes sans cesse confronté aux émotions poisseuses de votre entourage? Je ne parle pas des coups durs, mais de ceux qui empoisonnent littéralement l’air avec leur révolte, leur colère, leur tristesse, leur amertume… Certain(e)s vont même jusqu’à se sentir comme des « éponges ». Mais vous êtes une éponge avec deux bras et deux jambes. Si j’étais une éponge qui ne servait qu’à nettoyer la poubelle ou les toilettes, je vous garantis que je foncerais de toutes mes forces dans l’évier des porcelaines et des couverts en argent.

Dans la Loi de l’attraction, votre responsabilité est énorme parce qu’elle engendre un quotidien. Attention! si vous avez été victime d’une bagarre qui a mal tourné, ou d’un abus sexuel par exemple, je ne vous jette absolument pas la faute. Ce sont des cas extrêmes, qui arrivent malheureusement. Je je vous parle du quotidien le plus banal.

Imaginez un homme ou une femme à succès que vous idéalisez en vous disant, « je veux lui ressembler et devenir moi-même un exemple qu’on puisse admirer ». C’est bon?

Pensez-vous que lui ou elle se laisse polluer par son entourage? Sans être obligé d’être un leader ou même charismatique, quelle émotion engendrez-vous avec votre entourage? On se soucie au travail ou dans une passion d’avoir un objectif commun et c’est souvent le sentiment de réussite qui permet d’engendrer de grandes choses. Il en fallait de l’imagination et de belles émotions pour envoyer des êtres humains dans l’espace!

D’après une théorie en psychologie, il n’existe que 6 émotions de base : joie, tristesse, peur, colère, dégoût, surprise. Je vous propose de tous miser sur la joie. D’autant plus que nos émotions se rapportent souvent à l’idée que l’on « gagne » ou « perd » quelque chose. Si vous souhaitez être celui qui « gagne », je vous suggère de miser sur la joie. Car les émotions s’alimentent d’elles-mêmes.

Vous remarquerez que dans votre entourage, les gens énervés sont tout le temps énervés, les révoltés sont tout le temps révoltés, les gens heureux sont souvent heureux, etc… Par extension, les comportements se répètent. Si vous pensez le monde injuste, vous verrez de l’injustice partout et vous agirez en conséquences. Si vous êtes révoltés, l’évocation d’un papillon ou d’un sourire vous poussera à penser et dire « comment on peut apprécier un papillon quand on voit tout ce qu’il passe »? La réponse est dans la question et ramène à cette question fondamentale : A-t-on le droit d’être heureux face à la misère humaine? Oui bien sûr.

Mais pour tenir vos objectifs et à l’aide de votre entourage, assurez-vous de générer l’émotion correspondante. Si vous regardez n’importe quel film de gangster, vous verrez que s’ils finissent mal, c’est plus souvent suites aux mauvaises décisions prises sous le coup de mauvaises émotions, que la faute à pas-de-chance. De plus, étudier le facteur émotionnel que vous engendrez et le votre vous permets de vérifier la justesse de ce que vous souhaitez attirer.

Pour vous convaincre de l’importance du facteur émotionnel, regardez combien de personnes fortunées se retrouvent embarquées dans des histoires pas possible, bien que « plein aux as ». Si votre but ultime est d’être millionnaire, assurez-vous que ceux que vous côtoyez sont heureux. Si votre but est d’élever des chèvres dans le Larzac, assurez-vous de côtoyer des éleveurs heureux. Et pour avoir une double vérification de nos intentions, nous parlerons le mois prochain d’un deuxième facteur clé brièvement évoqué : l’importance de la valeur morale. Elle se reflète directement dans les émotions, et par extension, dans nos actes. Même si les truands ont des émotions de façades pour approcher plus facilement ceux qu’ils truandent, associé à une valeur morale, il est impossible de tricher sur le long terme.

En attendant de vérifier si notre morale est juste, et si notre justesse est morale, je vous invite pendant un mois à observer vos émotions, celles que vous engendrez, celles que vous pensez subir, et avec qui vous le faîtes. Comprenez que quand vous aurez le job de vos rêves, le partenaire de vos rêves, la santé de vos rêves etc… Les émotions resteront les même. Et paradoxalement, en modifiant vos émotions générées, vous attirerez à vous plus facilement ce que vous souhaitez.

Il est facile de penser que la colère et la violence par extension permet plus facilement d’obtenir ce que l’on veut. Comme le disait si bien Mao « On obtient toujours plus en étant poli une arme à la main plutôt qu’en étant juste poli ». Bon c’était pas un exemple de bons sentiments et l’exemple ne tient pas la route. Si je demandais à être réglé après chaque séance, un couteau dans la main, le principe de confiance serait brisé et je n’aurai pas deux fois le même client (ou alors je serai moi-même inquiet qu’il revienne).

Nous verrons que ressembler à Ghandi, Mère Thérèsa ou l’Abbé Pierre n’est pas chose aisée non plus, bien qu’on retrouve facilement leur citations sur les murs des réseaux sociaux.

Portez-vous bien,

Boris


-Article suivant : L’impôt du juste


Si mon travail vous plaît et que vous souhaitez y contribuer je vous suggère un livre que j’ai écrit. C’est un objet de divertissement plus qu’un guide, et ça m’aide également à me faire vivre ainsi que ce site. J’espère qu’il saura vous divertir et vous fournir une source d’inspiration supplémentaire : Votre Santé, Votre Pognon.


Tous droits réservés – Boris Matter- 2020-2021

La « loi de l’attraction » n’attire pas, elle obéit. Prudence !

Pourquoi étudier la fameuse loi de l’attraction déjà décrite par la « Loi du Talion » : œil pour œil et dent pour dent? Pour avoir plein d’argent, une santé incroyable, la femme ou l’homme de ses rêves? Si c’était si simple, vous pensez bien qu’on vivrait dans un monde remplit de licornes et d’oursons à la guimauve, mais ce n’est pas vraiment le cas. Pourtant, il existe bien une sorte de loi immuable qui permet de diriger les événements, ou du moins ses émotions de façon à générer une situation heureuse, alors que penser positif, n’attire pas du positif. Etrange n’est-ce pas?

Bienvenue dans un voyage qui va durer 12 mois.

Si ces dernières années, des films comme « Le Secret » de Rhonda Byrnes et ou des livres comme Transurfing de Zeland ont démystifié cette loi de l’Univers, je me lance dans un nouveau cycle de formation après celui sur le magnétisme parce que je pense que ma recette aura une saveur plus épicée, et plus savoureuse donc, que ce qui se fait habituellement.

J’utilise des termes culinaires pour utiliser cette analogie : donnez une même recette de crêpes avec les mêmes ingrédients à 10 personnes différentes. Je suis sûr que vous obtiendrez dix crêpes différentes. Pour peu que chacun y mette sa touche personnelle, l’écart de goût sera encore plus prononcé. Mais alors pourquoi écouter les divagations d’un modeste magnétiseur de province? Parce que je pense que ma façon de penser me permets d’être plus heureux. Je suis sûr qu’à votre tour, vous pourrez générer plus de bonheur.

Si vous avez lu mon précédent cycle sur le magnétisme, vous savez qu’il va falloir consacrer du temps (beaucoup) et de l’énergie (encore plus). Je vous propose néanmoins de rendre cette année plus interactive. Ce nouveau cycle doit vous permettre d’atteindre une situation que vous imaginiez inatteignable ou grandement improbable. De même que si je vous mets au pied de l’Everest et que je vous montre le sommet, vous risquez de douter de votre capacité à atteindre le sommet. Rassurez-vous pour deux choses. La première, nous le ferons par étape (une dizaine). La deuxième, d’autres l’ont fait avant vous.

Si une personne à travers l’humanité a été capable de faire quelque chose, alors vous en êtes capable!

Malheureusement, suite au succès des théories sur la « loi de l’attraction » de ces dernières années, elle s’est retrouvé galvaudée pour devenir commerciale. Forcément, si je vous dis « vous obtiendrez tout ce que vous voulez en y pensant, mais c’est 20 euros », il est probable qu’il y ait au moins quelques milliers de personnes sur les 7 milliards qui paient ces 20 euros pour savoir. L’avantage de ce que je vous propose c’est que c’est gratuit mais votre investissement personnel sera d’autant plus important. Et il y a mille façon de réagir à quelque chose de gratuit même quand l’échange est palpable. Demandez l’heure à quelqu’un et en retour vous pouvez : sourire, dire merci, partir en courant, voler la montre, redemander l’heure, etc… Comment réagirez-vous?

Alors nous verrons plein de principes de bon sens mais très contre-intuitif. La sphère d’influence par exemple est primordiale mais c’est un pouvoir illimité dans un champ très limité : Que pouvez-vous faire pour changer la météo ou la faim dans le monde? Mais alors a-t-on le droit d’être heureux face à « toussa »? De même, pourquoi si je pense positif, pourquoi je me tape que des cons devant moi en voiture ou au boulot? Peut-être que cette positivité cache un besoin irrépressible de se confronter à l’autre pour se rassurer sur sa « bienveillance »?

Le paradoxe de cette « loi de l’attraction » c’est qu’elle est aussi immuable que la gravité et pourtant invisible. Même si vous ne le voyez pas, ne la concevez pas, elle agit pour vous permettre de garder les pieds sur terre. Invisible mais partout en permanence, comme la Force Jedi!

Dès que vous acceptez cette théorie (vous n’êtes pas obligé et c’est votre droit le plus strict) vous devenez responsable d’un grand pouvoir de création. Et comme disait l’oncle de Peter Parker dans Spider-Man : « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». J’imagine que certains veulent en apprendre plus immédiatement alors voici une liste de livres et de films non-exhaustifs qui vous permettront de creuser le sujet :

La liste risque de se rallonger dans les prochains mois mais pour commencer, c’est déjà très bien.

Avant de conclure cette présentation, j’aimerai vous apporter un premier exemple qui doit permettre à votre cerveau de concevoir l’aspect infini des possibilités, et vous poser une question essentielle qui doit diriger vos intentions.

Si celui ou celle qui a permis la vie et l’existence dans l’Univers voulais restreindre les possibilités, vous ne pensez pas qu’il aurait fait quelques galaxies au lieu d’en faire des milliards de milliards (chacune d’elles contenant également des milliards de milliards d’étoiles) ? Pareil avec le nombre de connexions possible dans notre cerveau ou le nombre de pépins contenu dans un melon. La misère, les guerres, la faim, la pauvreté existe mais en général, elle est le fruit d’actions humaines. Il y a assez de ressources sur terre pour tout le monde mais la répartition n’est pas toujours équitable dirons-nous. Avant de s’offusquer, pensez aussi que si vous avez un toit et de quoi manger, même sans écran plat ou sans voiture de luxe, vous faîtes partie des privilégiés.

Mais alors, si le catalogue est infini et illimité, pourquoi désire-t-on ce que l’on désire? Cette question qui ressemble au début d’une conversation de comptoir mal agencée est primordiale. La loi de l’attraction s’applique gratuitement mais comme elle est dépendante de votre pensée et de vos émotions, elle rend beaucoup plus important de savoir : pourquoi ET comment? Pas comment obtenir, mais comment se servir de ce que vous avez obtenu!

Un exemple qui revient souvent au cabinet : quand quelqu’un s’apprête à aller mieux, je ressens parfois une sorte de résistance, comme si la personne devait dire aurevoir à une douleur qui justifiait des habitudes de vies particulières. Je demande alors : »

-que ferez-vous quand ça ira bien?

-j’irai mieux, je serai plus heureux…

-Mais pour faire quoi?

-Je ne sais pas. »

Se balader, commencer une collection de timbre, faire des crêpes par exemple. Mais si vous ne concevez pas votre action dans la matière, être en bonne santé, n’a aucune utilité. Pourquoi l’Univers se fatiguerait alors à vous donner une santé favorable dans la durée? Paradoxalement, si vous aviez déjà entrepris une activité indépendante de votre souffrance (toute proportion gardée évidemment), elle aurait beaucoup moins d’importance.

Qu’est-ce que je veux? Pourquoi ça doit me rendre heureux? J’en fais quoi après?

Vous allez investir une énergie folle dans ces questions et vous allez même peut-être changer de direction. Mais au fur et à mesure, vous allez comprendre comment et pourquoi fonctionne cette sorte de gravité émotionnelle et vous pourrez alors vous en servir à votre avantage. C’est comme comprendre une loi de la physique et l’utiliser à son avantage pour en faire quelque chose d’incroyable (un avion par exemple). J’écrirais un article vers le 15 de chaque mois environ, le dimanche.

Pour commencer, je vous propose déjà un petit exercice : Demandez-vous évidemment ce que vous voulez (une somme d’argent? ça a marché pour moi plusieurs fois dans ma vie avant de tout perdre plusieurs fois également… satané loi immuable de l’attraction). Le choix est illimité mais vous devez ensuite vous demander pourquoi ça vous rend heureux et comment. Si l’argent rendait heureux, aucun millionnaire ne serait malheureux. Votre souhait le plus chère, vous pouvez l’écrire, le dessiner, juste y penser… ça n’a aucune importance puisque c’est la répétition qui finira par attirer à vous ce que vous désirez.

J’écrirais encore une semaine sur deux mais pour le prochain article de ce cycle, je vous donne rendez-vous le 14 février pour vous parler d’un facteur aussi essentiel dans la loi de l’attraction que l’oxygène pour la vie : l’entourage!

Portez-vous bien, et que la force soit avec vous.

Boris


-Article suivant : Ne soyez pas le plus malin


Si mon travail vous plaît et que vous souhaitez y contribuer je vous suggère un livre que j’ai écrit. C’est un objet de divertissement plus qu’un guide, et ça m’aide également à me faire vivre ainsi que ce site. J’espère qu’il saura vous divertir et vous fournir une source d’inspiration supplémentaire : Votre Santé, Votre Pognon.


Tous droits réservés – Boris Matter- 2020-2021

Marche ou crève, mais avec le sourire :D

Vous sentez l’air poisseux? Si les émotions génèrent de l’énergie (c’est-à-dire une transformation de la matière qui va au-delà de votre physiologie), il doit bien y avoir une sale ambiance en ce moment autour de vous. Pour peu que vous soyez pris à la gorge par des problèmes financiers (c’est à la mode en ce moment) ou par des problèmes de santé (c’est aussi à la mode), il doit être plutôt difficile de garder le sourire, ou même de rire tout court. Pour enfoncer le clou, en général, on se retrouve à subir les événements qu’on ne maîtrise pas (flux économiques, épidémies, entourage toxique…).

Et pourtant et malgré tout, en plus de penser à Arlette, je pense à moi. C’est une excellente façon d’affronter les événements et de créer cette illusion qu’on avance. Je pense plutôt qu’on se transforme et que ce changement est la fameuse énergie dont on parle. Le passé et le futur, c’est une illusion bien pratique pour se construire une image de soi.

A une époque pas si lointaine (six ans), je construisais mon image de moi dans l’armée. La fatigue des débuts me poussait à me pisser dessus pendant mon sommeil. J’aimerais être moins vulgaire, mais quand on se retrouve à 27 ans, le sac de couchage humide par l’urine parce que le froid et la fatigue ont été plus fort que votre réveil, on dit « qu’on s’est pissé dessus ». J’ai aussi appris que si on vous jette dans l’eau avec tout vos vêtements (ou sous une pluie battante pendant des heures) il ne faut que 24 heures pour sécher complètement.

Après il n’est pas nécessaire d’aller chercher si loin pour être content d’être au chaud malgré les chutes de neiges de ces derniers jours. Regardez n’importe quel conflit au Moyen-Orient avec ces images de gosses sous le feu des bombes pour vous dire que finalement, « c’est pas si mal en ce moment ». Mais si c’était si simple, on se mettrait une photo d’enfant qui meure de faim en fond d’écran pour se réconforter quand on en a marre d’attendre qu’une personne trouve l’appoint de sa monnaie à la caisse du supermarché.

Alors, pourquoi on n’est pas content? On arrive à un stade de l’humanité où les besoins vitaux sont de manière générale assez satisfaits. Même s’il reste quelques 800 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde, ça représente 10% de la population. Si la même proportion en surpoids liée à une suralimentation trouvait les moyens de mieux répartir cette nourriture, le problème serait résolu. Mais si les problèmes se réglaient aussi simplement, il n’y aurait pas de guerre dans le monde…

Alors voilà! Et maintenant, on fait quoi? J’ai l’habitude de suggérer de faire des crêpes quand rien ne va car il y a un côté très réconfortant non négligeable et c’est parfois plus simple à faire et plus économique qu’une raclette. Le bonheur dépend tellement (et c’est une illusion je pense) d’éléments extérieurs, qu’à part l’apéro, on imagine facilement qu’il reste pas grand chose pour se redonner de la joie dans le cœur. On en vient à se dire qu’il faut marcher ou crever. On s’imagine alors dans une vie guerrière, à marcher une arme à la main, et une bible dans l’autre (vous pouvez remplacer la bible par n’importe quelle cause).

Puisque vous me lisez encore, je vous donne mon avis le plus sincère (parfois il est moins sincère parce que j’arrondis les angles) : je pense qu’il faut apprendre à marcher à poil dans la neige le sourire aux lèvres. Déjà parce que c’est quelque chose que vous pouvez faire seul, et qu’un élément extérieur peut difficilement vous enlever le plaisir à marcher de cette façon. Vous pensez que les aléas de la vie se règlent à coup de grandes décisions, et de grands changements? Croyez-le ou non, arrêter de fumer par exemple, est un tout petit changement mais aux conséquences incroyables.

De la même façon, générer une action positive, même juste une émotion positive, est beaucoup plus facile et demande beaucoup plus de courage que de se lancer dans une bataille héroïque. Vous voyez, la poisse contenue dans l’air peut vous rendre maussade, mais elle vous laisse le choix de chercher comment améliorer votre vie. Si vous attendez une augmentation, un nouveau partenaire, ou que la situation s’améliore, continuez d’attendre : ça s’appelle crever, comme un pneu sur le bord de route.

Vos émotions, vos décisions, vos actions vont engendrer plus de changements que la météo ou que n’importe quel gouvernement. Vous pouvez attendre, chercher de l’aide, chercher tout court mais peu importe pourquoi vous avez crevé au bord de la route, il faut bien chercher à redémarrer.

Quel est le dernier livre que vous avez lu?

Quelle est la dernière recherche google que vous avez effectué?

Quelle est la dernière personne avec qui vous avez mangé?

Avec qui ou quoi avez-vous passé vos dernières 72 heures?

Pour toutes ces questions, assurez-vous si ce n’est pas le cas d’éprouver du plaisir, et que ça vous rende heureux à long termes. Lire du Bukowski, en regardant sur google « complot mondial », avec un pote alcoolique qui vous propose de fumer un kilo d’héroïne a peu de chance de générer du bonheur à long terme. Mais le plus fou, c’est que si vous êtes dans cette situation, c’est vous qui vous êtes mis dans cette situation.

Mais si vous vous retrouvez à lire « Votre Santé, Votre Pognon« ; que vous cherchez sur google « améliorer mes compétences pour les vendre », avec une amie qui compte pour vous et votre famille, après avoir fait un bonhomme de neige et des crêpes, alors l’air est moins poisseux. (Prends ça conspiration mondiale!).

Vous devenez alors comme Adam et Eve : à poil et heureux. Le plus fou dans tout ça c’est que demain ressemblera à un Lundi ordinaire pour beaucoup d’entre nous. Mais au moins vous savez maintenant que vous avez le choix de garder le sourire, quel que soit le lundi qui débute.

Portez-vous bien,

Boris

Saisir la chance à 2% près

« le calcul montre que si l’intensité de de la force nucléaire forte avait été légèrement plus importante (à peine 2%), dès les premières minutes de Big Bang tous les proton auraient fusionné pour former ce qu’on appelle des diprotons […] Cela aurait empêché l’apparition des étoiles, et des tous les éléments qui nous sont familiers« . Tiré du livre « Insoluble mais Vrai » de David Louapre, créateur de la chaîne YouTube « science étonnante » que je vous recommande vivement.

Alors pourquoi vous parler de cette constante un 3 janvier. Parce qu’elle symbolise un des nombreux miracles de la vie. Je ne me servirai pas de ce fait scientifique pour démontrer un point de vue. J’ai toujours balayé la preuve scientifique de la main car elle n’aide pas les résultats dans le cadre de mon activité. Mais intéressons nous symboliquement à ce que signifie ces petits 2%.

Après 2020, certains dans mon entourage ont estimé qu’ils avaient beaucoup de chance, et d’autres beaucoup moins. Par principe, la vie est une chance formidable. Sans cette justesse à 2% près de cette valeur, rien n’aurait existé à l’origine. Et ce n’est pas la seule valeur qui a permis la création de la matière à sa création. Sans rentrer dans le détail et parce que je ne suis pas sûr de l’expliquer correctement, considérez juste que la densité de la matière et de l’énergie dans l’Univers permet parfaitement à ce dernier d’exister. Si sa valeur bougeait de 0,2%, rien de tout ça n’existe.

« Tout ça » peut donner le vertige sur le sens de notre vie, surtout après les 365 derniers jours. Et pourtant, votre naissance reste un miracle. Sur des millions de spermatozoïdes, c’est vous qui avez fécondé l’ovule, mais ça, vous l’avez certainement déjà entendu. Quand on a un loyer de retard et les comptes dans le rouge, c’est pas aussi réconfortant que quand on sirote un cocktail au bord de la plage. MAIS, votre vie reste un miracle. Votre cœur va battre des milliards de fois dans une vie, inlassablement, même si vous fumez deux paquets par jour en buvant un litre de whisky.

Si l’année commence difficilement, vous pouvez ruminer votre peine, mais sur 7 milliards de vies, il y en certains qui doivent être heureux. C’est autant d’ovules fécondés un jour et de cœurs qui battent. Il doit bien en avoir un ou deux qui peuvent servir d’exemple.

Si la matière voulait rendre la vie pénible, elle aurait donné quelques étoiles dans le ciel la nuit, mais il y en a des milliards de milliards. Plus intriguant encore, le nombre de connexions possible dans le cerveau qui possède plus de connexions POSSIBLE (ce qui signifie que tout n’est pas en activité, un peu comme un potentiel inexploité) qu’il y a d’atomes dans l’Univers.

Même si vous connaissez quelqu’un d’idiot qui semble loin d’utiliser ce potentiel, il a la même chance que vous, au moins à un certain niveau. Il en existe plein des trucs bizarres pour espérer quelque chose en 2021. Imaginez qu’un melon ne donne que quelques graines pour en planter d’autres… Chaque fruit permet une abondance folle pour se reproduire. (ce qui explique les naissances élevées en septembre… comprenne qui voudra).

Alors la chance dans tout ça, que fait-elle quand vous tombez malade? Quand vous avez un accident? Quand vous perdez au poker avec une paire d’AS face à un 2 et un 7 dépareillé? Même si dans nombre de mes théories de comptoir, le temps semble une illusion, il est nécessaire. Votre vie a surgit du néant telle que vous la connaissez en 14 milliards d’années. Si vous avez quelques kilos en trop, ils sont arrivés certainement bien avant le 24 et le 31 décembre. Les destins basculent en un instant mais ils sont le résultat d’événements qui parfois nous échappent.

Et pourtant, avec une bonne émotion, la chance se provoque et se génère. Peut-être que c’est vous qui aviez le 2 et le 7 et que vous avez gagné face à la paire d’AS. Peut-être que vous êtes en bonne santé et que vous avez vu quelqu’un manger sainement et faire du sport tomber malade. Peut-être que vous connaissez quelqu’un qui a minci pendant les fêtes…

Sur 7 milliards d’êtres humains, tous ont eu une chance inouïe de naître, parfois dans d’excellentes conditions, et parfois beaucoup moins (guerres, misères, maladies, etc…). Mais si l’Univers a créé un équilibre avec ces 2%, et qu’il a engendré une matière qui se génère avec autant d’abondance (des milliards de milliards d’étoiles et de connexions dans les neurones), peut-être que vous pouvez en saisir un morceau pour 2021 et les années à venir.

Que la chance soit avec vous.

Boris


Si mon travail vous plaît et que vous souhaitez y contribuer je vous suggère un livre que j’ai écrit. C’est un objet de divertissement plus qu’un guide, et ça m’aide également à me faire vivre ainsi que ce site. J’espère qu’il saura vous divertir et vous fournir une source d’inspiration supplémentaire : Votre Santé, Votre Pognon.


Tous droits réservés – Boris Matter- 2020-2021

A la recherche d’une histoire incroyable

Si vous êtes arrivé par hasard ici, grâce ou à cause des cycles de formations, sachez que je cherche depuis quelques mois une histoire incroyable à raconter. J’ai eu l’immense privilège de parler 20 minutes avec Arlette, mais pas avec Nicholas. Ils avaient tout deux des choses surprenantes à nous raconter, d’incroyables récits mêlant espoir et bienveillance.

C’est important de raconter des histoires. Vous en écoutez et en raconter tout le temps, que ce soit des ragots au travail, ou des émeutes à l’autre bout du monde. Chaque bout de conscience que votre conscience aperçoit ou heurte parfois, c’est une vie qui peut raconter pleins de choses. Alors, ce n’est pas toujours d’un intérêt certain mais pourtant, derrière une publicité, une série, une émission télé, c’est une histoire qui vous tiens en haleine, au point parfois de se coucher tard et de se réveiller fatigué.

Pourquoi? Qu’est-ce qui pousse votre cerveau à s’affranchir du temps pour savoir ce qu’il va se passer… Il y a pleins de biais cognitifs utilisés, et vos émotions deviennent une sorte de pile à alimenter qui va à son tour alimenter tout un système de pensées. Alors, voilà, j’ai adoré le récit d’Arlette et celui de Nicholas, mais je suis devenu accroc aux histoires des gens, aux histoires incroyables bien sûr.

J’ai passé près de 15 ans derrière un comptoir à écouter les récits de la misère humaine et lire quelques ouvrages de Zola suffiront à vous faire le récit de ce que j’ai pu entendre. Les actualités sont aussi un formidable terreau de mauvaises pensées mais si elles existent encore, il y a bien des gens pour regarder. Je ne leur jette pas la pierre parce que c’est inutile, autant que commenter une actualité. Mais ce qui fonctionne, ce sont les histoires, avec de belles émotions, et une fin heureuse (sans une tragédie au début comme Bambi ou Le Roi Lion si possible).

J’aime les trains qui arrivent à l’heure. Si vous avez quelqu’un, qui connait quelqu’un qui veut raconter une histoire, qui mérite qu’au moins deux êtres humains la lisent (moi et vous), alors prenez contact! Dîtes-lui qu’un modeste magnétiseur de province adore les histoires, et encore plus les raconter. Comme ça, un jour, quelqu’un cherchera quelque chose à raconter de beau, d’inspirant, et je pourrai gonfler mon orgueil en me disant que c’est ici que ça a commencé.

Je finirai sur un zeste de poésie de Antoine de Saint-Exupéry :

« fais de ta vie un rêve et fais en sorte de vivre ce rêve ».

L’un sans l’autre quand on y pense, ça marche pas…

A bientôt, Boris

Bientôt, cycles de formations gratuites!

Cher tout le monde,

Vous ne le savez peut-être pas, mais je fais un peu de pub sur facebook, et du coup je me tape aussi des publicités de confrères ou de centres de formations qui proposent pleeeeiiiinnnnnsss de choses. J’ai un avis très sévère sur le contenu que j’ai pu apercevoir, que je trouve cher, très cher et parfois malhonnête dans le marketing utilisé (des prix barrés avec des offres « exclusives » pour seulement 24h…) et je ne pouvais pas laisser aller le monde comme ça sans réagir.

Je sais que la planète prend feu, qu’on sort tout juste de déconfinement, et que les actualités donnent envie de boire l’apéro aussi longtemps que le foie peut le supporter mais moi ma spécialité, c’est le magnétisme, le bonheur, l’humour drôle… Entres autres. Alors voilà, j’aimerais faire de la formation : transmettre une part de connaissances au grand public.

Mais je ne sais pas vraiment ce qui intéresse le grand public. J’ai vu tellement de formations en écumant un peu ce qui se fait (développement personnel, coach, énergéticien, loi de l’attraction, chakras, méditations, chance, guérisseurs, chamanes…) à des prix exorbitants que je reste convaincu qu’il y a beaucoup de questions pour lesquelles j’ai beaucoup de réponses.

J’ai une idée bien précise de ce que j’ai à vous proposer mais peut-être que ça n’intéresse pas grand monde. Alors si le projet vous intéresse, partagez, commentez, dîtes-moi ce qui vous intéresse, ce que vous voudriez développer comme connaissances. On ne parle pas de secrets, mais de compétences. Libre à vous d’en faire ensuite ce que vous voudrez mais vous saurez que vous aurez accès à un contenu de qualité, gratuitement, et tout le temps, le cabinet restant ma principale source de revenus.

J’ai ainsi deux espoirs :
-que ça assèche les margoulins qui vendent des « techniques secrètes » pour « développer vos dons » et
-que ça permette au plus grand nombre d’être plus heureux.

C’est bien le but le plus intéressant dans l’ésotérisme et le développement personnel : être heureux et partager sa joie 😄.

Voici le lien de la page où sera mise en, ligne la dite formation : https://borismatter.com/cycles-de-formations/. C’est le début d’une folle aventure…

J’attends vos retours avec impatience.
Portez-vous bien,
Boris