Étiquette : temps

Comment générer et dépenser son énergie (ou son argent, ou sa santé)?

Comment se fait-il, alors que nous avons tous 24 heures dans une journée, certains soient en parfaite santé, génèrent en quelques heures l’équivalent d’un mois de salaire, et que d’autres sont heureux pendant que d’autres sont tristes? C’est un peu comme se demander, pourquoi le ciel est bleu? Ce n’est pas très utile et ça n’intéresse souvent qu’un enfant de 4 ans, ou un adulte, spécialisé dans un domaine scientifique qui se pose plein de questions (pourquoi je le vois bleu et pas mauve par exemple?).

Alors notre véritable intérêt c’est comprendre comment se servir du temps dont nous disposons plutôt que de le gaspiller bêtement. Jouer aux jeux vidéos, regarder la TV, regarder l’herbe pousser sont des activités que j’estime très utiles. Se mettre en colère (quand quelqu’un cherche sa petite monnaie à la caisse du supermarché par exemple), écrire sur ses réseaux sociaux « je préfère être gentil que méchant parce que le karma c’est plus fort que tout », ou encore se plaindre d’avoir mal au pieds quand on est serveur sont des pertes de temps et d’énergie.

Et vous voyez, la santé et l’argent dont je parle si souvent ne peuvent se passer ni de votre temps, ni de votre énergie. Ce sont des choses qu’on peut difficilement tenir dans la main mais qui par un étrange effet domino deviennent vite palpable. D’autant plus qu’il n’y pas de dépense neutre. Vous pouvez offrir bien sûr de votre temps et de votre énergie et je ne vous invite pas à compter votre dépense temps/énergie comme un bodybuilder calcule ses calories à chaque repas.

Mon point de vue insiste sur l’aspect continue et équilibriste de ces 2 éléments. De la même façon qu’il est serait bien fastidieux de marcher en laissant ses pieds frôler le sol plutôt que faire confiance à cette passe d’équilibre d’un pas à l’autre lorsque le pied se soulève, il y a toujours un mouvement qui s’équilibre pour vous rendre la juste mesure de votre temps/énergie consacrée.

Comment la diriger? Devinez quoi -> on en revient encore à cette fameuse notion d’intention. Imaginez que vous souhaitez être en meilleure forme, il n’y pas de solution miracle et si on vous en présente une trop belle pour être vraie, c’est souvent parce que c’est le cas. Si vous dirigez votre intention à vous plaindre, comment voulez-vous que cette énergie dépensée à dire « ça ne va pas » engendre une solution? Comment l’énergie dépensée à dire « je n’ai confiance en personne » peut mettre sur votre chemin quelqu’un digne de confiance? Comment la colère peut engendrer une meilleure situation?

Avec le recul, demandez-vous qu’elle dépense de temps et d’énergie alimentée par une intention basée sur une émotion forte (colère, jalousie, rancœur etc…) a pu engendrer quelque chose de meilleur pour vous? A l’inverse, vous remarquerez souvent qu’une dépense faîtes avec les meilleures intentions, sont souvent favorables. Je n’évoque pas ici les actions engendrées en espérant un renvoi d’ascenseur. Si vous espérez ça, parfois, c’est un sentiment de reconnaissance que vous attendez, et une frustration de pas être reconnu à votre « juste » valeur. Devinez ce que vous renvoie l’Univers à ce moment? Plus de frustration évidemment.

Si vous connaissez votre valeur, vous n’avez besoin de rien pour vous le prouver, ni même de l’évoquer. D’autant que cette valeur dépend grandement de votre temps/énergie dépensée. Avec du bon sens, et sauf accident, en dépensant votre temps avec des gens que vous aimez, à faire quelque chose que vous aimez pour générer de l’argent, et de la santé (c’est important), vous devriez parfaitement comprendre ces lignes.

Si vous avez un boulot que vous détestez, une famille que vous détestez, avec des amis que vous détestez, vous n’avez peut-être pas dépensé votre temps/énergie convenablement. Et pourtant, si certains y arrivent, en étant heureux, ou malade, ou pauvre, vous pouvez certainement y arriver aussi. C’est toujours ce fameux bon sens. On se développe plus soi et ses belles émotions en s’y consacrant. Vous pouvez lire, regarder des vidéos, écoutez des podcasts pour ça. Alors…

Comment se fait-il, alors que nous avons tous 24 heures dans une journée, certains soient en parfaite santé, génèrent en quelques heures l’équivalent d’un mois de salaire, que d’autres sont heureux pendant que d’autres sont tristes?

Boris


Tous droits réservés – Boris Matter- 2021

L’espace, le temps et l’infini

-Article précédent : l’intention éthique (sans la morale)

A supposer qu’il existe une capacité à soulager des douleurs à travers du magnétisme, qu’elle soit issue d’un « fluide magnétique » ou de la force Jedi, il y a forcément un changement physiologique associé, même s’il n’est pas visible. La mémoire par exemple, ne peut être posée sur une table devant vous. On rabâche pourtant à souhait à l’école que le cerveau « est comme un muscle qu’il faut entraîner ».

Alors, s’il existe un réseau neuronal qui engendre des émotions, ou qui soulage des douleurs, ce dernier a besoin de se construire. C’est ce que vous faites depuis plusieurs semaines avec vos verres d’eau normalement. Mais un autre facteur essentiel à la construction de cette faculté, c’est l’importance de la visualisation.

Dans les livres de vulgarisation sur les facultés du cerveau, on évoque souvent l’entraînement de grands sportifs qui revivent l’épreuve « dans la tête » pour s’entraîner. A l’aide d’appareils branchés, d’électrodes et d’autres outils technologiques, on étudie ce qu’il se passe « dans la tête du sportif » et dans son corps. Pour résumé, le cerveau ne fait pas la différence entre l’épreuve et l’entrainement mental. Les même zones cérébrales et les même muscles s’activent.

C’est ce qui fait dire parfois que le cerveau ne fait pas de différence entre le présent et le souvenir. C’est ce qui permet de créer des réflexes, mais c’est aussi ce qui fait « revivre » certains traumatismes. Mais alors, pour soulager une douleur, il ne suffit pas de convaincre son cerveau que c’est possible, il faut aussi lui permettre de tordre le coup à deux concepts fondamentaux auxquels nous sommes soumis en permanence : l’espace et le temps!

Pourquoi?

–> Parce que si soulager une douleur requiert de développer un réseau neuronal associé à cette capacité (comme l’on développe sa mémoire), il faut d’abord déconstruire une partie du réseau pour laisser la place à cette faculté. Si vous restez convaincu que c’est impossible, le réseau correspondant va se construire sur cette base. Si vous « cassez » les notions d’espace et de temps, votre cerveau va se « libérer » de certaines contraintes « matérielles ».

Vous avez ici la réponse à la fameuse question : à distance, comment ça marche? Si l’espace s’étire à l’infini, et que vous pouvez vous situez au centre de l’infini, peu importe que l’autre point de conscience se situe à un mètre de distance au cabinet ou de l’autre côté de l’Atlantique. Placez deux point sur une feuille blanche et voyez-la comme l’espace infini. Pour mieux comprendre schématiquement ce qu’il se passe, je me suis amusé à vous faire un petit schéma :

De même, je vous invite à lire deux ouvrages pour « casser » ces deux notions : « le système quantique » de Kinslow et « les guérisseurs russes » de Grabovoï. De ma propre expérience, ce sont ces deux livres qui m’ont permis de me soulager quand j’en ai eu besoin et que je n’avais aucun support à disposition (impossible de prendre des poches de glace ou des compléments alimentaires sur le terrain quand j’étais dans l’armée). Si vous associez à ça, quelques techniques de respiration comme Wim Hof ou de la cohérence cardiaque, vous devriez vite voir votre potentiel se révéler.

Vous avez là, les fondements de ce que j’utilise depuis maintenant 3 ans presque. Rien de plus. Mais si c’était si simple, tout le monde le ferait n’est-ce pas? Il y a un autre facteur, à prendre en compte : le 2ème point de conscience.

Comme analogie, prenons le téléphone. Vous pouvez communiquez votre message de n’importe où dans le monde, mais cette communication dépend grandement de votre matériel, de votre environnement (parler depuis un hall de gare rend la conversation plus délicate que depuis votre lit, surtout pour une rupture), de vos intentions, et de votre interlocuteur.

La vie fait qu’il n’est pas toujours évident de rester concentré, et la fluctuation des événements nous poussent à agir, en fonction des événements. Au milieu de ça, il faut être capable de se concentrer pour soulager des douleurs. Une croyance voudrait qu’il faut être à un niveau optimal en permanence pour « magnétiser » (genre zen, détendu, en forme, en permanence).

Pourtant, vous êtes en mesure de conduire ou de préparer à manger même fatigué, contrarié ou heureux. Il est possible que votre repas, ou votre conduite soit affectée par les événements et votre état mais vous serez en mesure de le faire. Si vous voulez des témoignages de personnes qui tiennent la barre malgré les « événements », demandez à n’importe quelle jeune maman responsable à quoi ressemble son quotidien, surtout la première année.

On en revient toujours à cette histoire d’intentions générées. Cette pensée liée à une émotion est votre principal outil et matériau de base. Comment alors renforcer son « matériel », ses intentions, et par extension, son magnétisme C’est l’objet de l’article dans deux semaines.

« Mais Boris, et le temps, tu n’en a pas parlé »… C’est encore plus facile de casser le cerveau à ce sujet. Demandez-vous :

Si le temps s’étire à l’infini et en boucle, combien de fois ai-je déjà vécu cet instant?

A dans deux semaines,

Bien à vous,

Boris

-Article suivant : Mettez du karaté dans votre vie! (et de la vie dans votre karaté)


Si mon travail vous plaît et que vous souhaitez y contribuer je vous suggère un livre que j’ai écrit. C’est un objet de divertissement plus qu’un guide, et ça m’aide également à me faire vivre ainsi que ce site. J’espère qu’il saura vous divertir et vous fournir une source d’inspiration supplémentaire :

Comment générer plus de santé et plus d’argent (et être plus heureux)?

Tous droits réservés – Boris Matter- 2020

Une loi du temps

Lorsque le voyage dans le temps est devenu accessible au grand public et qu’il est sorti du domaine exclusivement militaire, un ministère du temps s’est créé. Il devait bien sûr répondre à la gestion administrative de son domaine et mettre en place les jalons éthiques d’un domaine sensible. De plus en plus à partir du XXIIème siècle, les machines à voyager dans le temps se sont démocratisées comme l’ont fait la télévision ou le téléphone portable au XXème siècle.

La plus grande peur que l’humanité a eu était le changement des continuum espace-temps. Pourquoi ne pas aller dans le passé se faire gagner au loto au risque de modifier le cours du temps et tout ce qui a eu lieu? La vocation des voyages dans le temps était de développer une nouvelle forme de journalisme, qui permette de voir le passé avant de l’interpréter. Mais si vous avez vu « Retour vers le futur 2 », vous comprenez que depuis la nuit des temps, une part de l’humanité pense que plus d’argent amène mécaniquement plus de bonheur.

C’est exactement la définition d’une addiction : plus d’un produit, provoque plus d’endorphine. La thune est un produit comme un autre. Alors, en retournant dans le passé, beaucoup imaginaient avoir un présent plus prospère sans penser qu’en changeant le présent, on modifie plus certainement le futur. Et pourtant, il s’est passé quelque chose d’étrange quand il a été question d’une « police du temps ».

A sa création, le ministère a jugé cette idée parfaitement inutile! Le grand public voyait dans cette absence, le témoignage d’une réelle volonté de manipuler les événements. Les élections sont tellement dépendantes d’événements extérieurs, qu’il devenait plus facile de tester différents futurs en modifiant le passé. Le sondage était devenu inutile. On partait un an avant l’élection, on mettait en place une stratégie de campagne et on voyait comment ça se passait. En théorie du moins…

Vous vous doutez bien qu’en tant que technologie militaire, l’armée à travers des cabinets secrets avait déjà mené ses propres recherches sur les manipulations possibles à travers le temps. S’il y a un dieu, et cette histoire me pousse à y croire, faut avouer qu’il a beaucoup d’humour. Plutôt que de tenter des petits changements, l’armée tenta immédiatement de modifier les grands événements de l’Histoire. Le cas le plus emblématique fut évidemment la mission Walkyrie qui visait à tuer Hitler en 1944.

Ce bout d’histoire ressemble à un échec cuisant pour les conjurés de l’époque mais toutes les tentatives qui ont été faîte pour tuer Adolf Hitler avant, pendant et après son accession au pouvoir se sont soldés par des échecs cuisants. Chaque mission envoyé du futur provoquait la même consternation. Par exemple, le petit caporal fut promu caporal après que toute sa tranchée fut décimée. Chaque fois qu’il apparut comme un survivant, s’en était inexplicable autrement que par la Providence.

Ce que l’Histoire n’a pas vu, c’est que chaque personne qui participa à ses missions ne put jamais revenir à son époque. Il étaient morts, portés disparus, comme évaporés. Après plus d’une centaine de tentatives et autant d’échecs, les expériences secrètes menées par l’armée s’arrêtèrent avec ce constat accablant et immuable : on ne change pas le cours de l’Histoire. Est-ce à dire qu’il n’y a qu’une histoire, comme s’il n’y avait qu’une seule ligne temporelle? Non bien sûr.

Mais les différentes lignes temporelles sont parfaitement hermétiques entre elles. Les recherches évoluent pour permettre d’observer ce qui se passe ailleurs dans « d’autres temps » mais personne ne veut prendre le risque d’intervenir. Le plus surprenant et que dans les autres temps, l’humanité essaie encore et toujours de changer le passé. Les même déconvenues forcent aux même résultats, enfin à leur absence.

Le grand public n’a pas été avertit de cette loi immuable ce qui risque de se révéler tragique avant que les gens ne comprennent ce que peut engendrer la volonté de modifier trop fort ce qui a été fait. Aussi sûrement que les lois du Karma ou du Talion agissent en permanence, il est strictement impossible de modifier le passé trop durement. Le plus surprenant est que quand un voyageur du temps ne fait qu’observer, les événements se remettent également tout seul en place sans porter préjudice à ce « touriste du temps. »

Cela explique en tout cas pourquoi aucun voyageur du futur ne s’est déjà manifesté dans le passé, enfin ouvertement.

Boris Matter pour Vérité Vraie Magazine, le 22 mars 2220, depuis la Lune.